L’harmonisation des étiquettes alimentaires en face avant des emballages entre dans une stratégie globale nommée « de la ferme à la table » ou « de la ferme à la fourchette » menée par la Commission Européenne (1).

Cette stratégie a pour but de garantir une alimentation durable et abordable aux européens et s’inscrit dans une politique de préservation de la biodiversité ainsi que de lutte contre le réchauffement climatique. La pandémie actuelle montre l’importance de rétablir l’équilibre entre l’activité humaine et la nature et c’est donc l’objectif de cette stratégie. La pratique de l’agriculture biologique sera donc encouragée car étant plus respectueuse de l’environnement.

Dans ce contexte, l’accès à l’information nutritionnelle est essentiel pour éclairer le consommateur. L’intention première de la Commission Européenne était d’imposer une étiquette alimentaire type, ce qui n’a pas été retenu (2). C’est donc une harmonisation qui aura lieu.

C’est pour cela que l’EFSA (European Food Safety Authority) a été sollicitée par la Commission Européenne (3) . En effet, cette dernière souhaite soumettre d’ici 2022 une proposition d’étiquetage nutritionnel harmonisé et obligatoire sur la face avant des emballages alimentaires afin de limiter la promotion de denrées alimentaires riches en sel, en sucres et/ou en graisses par exemple. Cette décision s’inscrit dans la continuité de l’article 4 du Règlement 1924/2006 qui introduit la notion de profils nutritionnels pour les produits. En effet, des produits jugés « moins sains » pour la santé pourraient se voir interdire l’accès aux allégations nutritionnelles ou de santé.

Afin de pouvoir prendre des décisions éclairées, un avis scientifique a donc été requis auprès des experts de l’EFSA sur des points spécifiques :

  • Les nutriments importants pour la santé publique des populations européennes, y compris les composants qui ne constituent pas des nutriments dans les aliments.
  • Les groupes d’aliments qui jouent un rôle important dans les régimes alimentaires des populations européennes et leurs sous-groupes.
  • Les critères pour guider le choix des nutriments et autres composants non nutritifs des aliments pour le profilage nutritionnel.

Les experts de l’EFSA vont donc évaluer les informations scientifiques récentes pour rendre un avis d’ici mars 2022.

Cette politique d’harmonisation devrait permettre une meilleure lisibilité des étiquettes alimentaires et donc aider le consommateur à sélectionner les meilleurs produits pour sa santé.

 

1 – « De la ferme à la table » – Commission Européenne  

– « La Commission renonce aux étiquettes-type sur les produits alimentaires » – G. Fortuna – EURACTIV – 2020 

3 – « Un avis scientifique de l’EFSA pour harmoniser l’étiquetage frontal et limiter les allégations sur les aliments » – EFSA – 2021 

Nos remerciements à Noriane Nugue, étudiante en stage de fin d’études M2 Développement de produits pharmaceutiques et nutritionnels pour la rédaction de cet article.