31/08/2018
Le catalogue numérique des aliments : Une grande avancée pour regagner la confiance des consommateurs ?

Les différents scandales alimentaires qui ont éclaté ces dernières années (lasagnes à la viande de cheval, perturbateurs endocriniens, additifs potentiellement cancérigènes, etc.) ont accru la méfiance des consommateurs vis-à-vis du monde agricole et de l'industrie agroalimentaire. Les consommateurs souhaitent avoir accès à plus d’informations (modes de production, caractéristiques nutritionnelles, etc.) sur les produits qu'ils consomment quotidiennement.

La transition numérique de l’alimentation est donc inéluctable, les consommateurs « achetant des informations » avant d'acheter un produit. Depuis une dizaine d’années, des applications et des sites internet comme Weight Watchers, OQALI ou Open Food Facts ont vu le jour dans l'objectif d'éclairer professionnels et consommateurs.

Problème : Chaque acteur constitue ses propres bases de données de produits alimentaires et les exploite différemment en fonction de ses objectifs et des populations visées. Ces différentes bases comportent des données manquantes car non accessibles, des doublons et surtout leur mise à jour est un véritable casse-tête.

Ces outils numériques se sont développés sans la participation active des fabricants, qui veulent aujourd’hui retrouver la maîtrise des informations qui concernent leurs produits. Pour cela, le Fonds Français pour l’Alimentation et la Santé (FFAS) lance le projet « Num-Alim », initiateur de la transition numérique, en partenariat avec l’ANIA, GS1 (entreprise à l’origine des codes à barres et QR Code) et la Fondation Avril.

Ce projet « Num-Alim » vise à mettre en place une plateforme numérique de l’alimentation. L’objectif est de créer la carte d’identité numérique des aliments et de les rassembler au sein d’un catalogue numérique unique. Nutrifizz a participé au colloque organisé le 29 mai dernier par le FFAS, sur le thème « le catalogue numérique des aliments : un outil pour assurer la fiabilité et la transparence de l’information ». Ce colloque est venu concrétiser la réflexion initiée en 2014 et confirmer la pertinence d’une base de données de référence sur les aliments.

Ce catalogue unique de produits alimentaires numériques sera rempli par les entreprises alimentaires elles-mêmes. Ces données brutes, directement accessibles aux consommateurs, pourront ensuite être analysées et traitées pars les applications et autres outils numériques (Open Food Facts, Yuka, Siga, etc.). Cette base de données sera déterminée par quelques principes fondamentaux :

  • Open-data
  • Internationale
  • Volontaire
  • Collaborative entre toutes les entreprises alimentaires, quelle que soit leur taille
  • Exactitude et mise à jour instantanée des informations fournies
  • Historique des données

Les avantages de « Num-Alim » seront nombreux à la fois pour les consommateurs et pour tous les maillons de la filière alimentaire. Les agriculteurs pourront par exemple mieux faire connaître leurs pratiques culturales, les PME/TPE mieux faire connaître les spécificités de leurs productions et améliorer leur visibilité auprès des enseignes de la grande distribution, qui, quant à elles, verront leur sourcing produit facilité. Les consommateurs disposeront d’informations fiables et de qualité, permettant ainsi de restaurer une certaine confiance avec les producteurs.

Prochaine étape ? « Num-Alim » verra le jour à l’automne 2018. Le FFAS et ses partenaires ont déposé le 13 juin dernier une demande d’aide financière publique auprès de la BPI afin d’accélérer et de faciliter sa mise en place.

M. Daniel Nairaud, président du FFAS : « L’information alimentaire est un bien public ».

Lien pour visionner le colloque du 29 mai dernier : Colloque FFAS Catalogue numérique des aliments

Rédacteur : Quentin Teulon

Voir toutes les actualités